Historique du Birman, des doutes sur ses origines réelles

historique du BirmanL’historique du birman met en évidence de gros doutes car ce très beau chat, particulièrement remarqué et admiré dans les expositions félines a des origines assez obscures.
Dérobé dans le temple de Lao Tsun, en Birmanie, le premier couple de ces chats aurait été apporté en France sur le yacht d’un milliardaire américain en 1920.
Le mâle mourut pendant la traversée, mais la femelle Sita, qui avait été couverte, mit au monde une portée de chatons dont la femelle Poupée de Maldapour fut présentée à l’exposition de Paris en 1926.
Malgré toutes les recherches concernant l’historique du Birman, aussi bien en Birmanie qu’auprès des premiers éleveurs français, il est impossible de trouver une certitude sur cette origine.
On peut seulement conclure, en comparant les photos de Dieu d’Arakan, présenté avant 1930, et nos chats actuels, qu’il s’agit d’une véritable race originale, puisque depuis plus de 50 ans, les générations qui se sont succèdées ont présenté les mêmes caractères distinctifs.
Pourtant, après la dernière guerre, il ne restait qu’un couple dont descendent, ainsi qu’en témoignent les Livres d’Origines de la FÉDÉRATION FÉLINE Française, tous les chats de cette race existant actuellement dans le monde.
Les éleveurs passionnés pour cette race ont su patiemment lui conserver sa beauté.

L’historique du birman ou la clé du succès

En bref, malgré cet historique du Birman qui possède encore quelques zones d’ombres, son succès est indéniable :
A mi-chemin entre le Siamois, dont il possède les marques et les couleurs, et le Persan dont il a la forme et la fourrure, le Sacré de Birmanie doit être considéré comme une race bien à part.
Sa fourrure est longue, mais le poil d’une texture spéciale ne s’emmêle pas. Son visage est large et bien équilibré, mais le nez court est droit.
La face n’est ni plate, écrasée comme celle du Persan, ni pointue comme celle du Siamois.
Sa grande originalité ce sont ses gants blancs aux pieds, dont le dessin parfait constitue une des principales difficultés de cet élevage.
Son caractère est vif, joueur, sans grande turbulence, sa voix est douce.

Print Friendly, PDF & Email